Alien Covenant : Ridley Scott enterre sa franchise

Alien: Covenant

Film de science-fiction horrifique américano-britannique réalisé et co-produit par Ridley Scott, sorti le 10 mai 2017.

Avec Michael Fassbender, Katherine Waterston, Billy Crudup, Danny McBride

De quoi ça parle ?

Les membres d’équipage du vaisseau Covenant, à destination d’une planète située au fin fond de notre galaxie, découvrent ce qu’ils pensent être un paradis encore inexploré. Il s’agit en fait d’un monde sombre et dangereux, cachant une menace terrible. Ils vont tout tenter pour s’échapper.

 

 

Ce que j’en ai pensé

Vous n’avez pas aimé Prometheus ? Vous espériez qu’ Alien:Covenant retourne aux bases de la franchise, c’est-à-dire la peur et le fun? Désolé mais il n’y a rien de tout ça dans Covenant. Pire, le nouveau film de Ridley Scott arrive même à être encore plus décevant que Prometheus. Prometheus a déçu car il a été vendu comme un prequel d’Alien alors qu’au final il n’en est quasiment rien. Mais Prometheus avait un scénario ambitieux (ou en tous cas un pitch de départ), même si maladroit, avec un vrai style visuel. Et s’il n’avait pas tenté absolument à se rattacher à la saga Alien il aurait même pu être considéré comme un film de SF acceptable. Avec Covenant, Ridley Scott a tout faux. Au point qu’il donne l’impression de vouloir ruiner sa franchise, de la même manière qu’a pu le faire George Lucas avec ses prequels de Star Wars il y a quelques années. Un fiasco.

A la fin de la projection ma 1ère réflexion a été: mais comment Ridley Scott a t’il pu rater à ce point son film? Les premiers films et les comics ont développé toute une mythologie autour d’Alien. Alors pourquoi Scott n’a pas été puiser là pour les prequels? Pourquoi partir dans un trip sur les origines de la création et mettre les Aliens complètement au second plan? L’origine de la vie est un sujet hyper intéressant mais pourquoi l’inclure dans Alien? Il aurait très bien pu faire Prometheus et  Covenant sans l’univers Alien et partir à fond dans le trip de la création. Ce n’est pas le cas et comme avec Prometheus, Scott se retrouve le cul entre deux chaises. Une partie du film est sensée répondre aux questions laissées en suspens dans Prometheus, et l’autre partie est du fan service pur et dur. Avec un scénario mieux construit, Scott aurait pu peut-être combiner les deux parties, mais non au lieu de ça on a une histoire écrite sur une page, bourrée d’incohérences, d’inepties, de clichés. Si au moins les personnages étaient intéressants mais là non plus ce n’est pas le cas, à part les androïdes Walter et David (Michael Fassbender). Il faut quasiment attendre 20 min (!) pour qu’on entende le nom de l’héroïne principale et les autres personnages ont droit, au mieux, à une phrase de présentation. On ne s’attache pas à eux, alors qu’ils se fassent buter ou non on s’en fout un peu? Comme dans Prometheus, notre bande de scientifiques fait tout ce qu’il ne faut pas faire lorsqu’on débarque sur une planète inconnue. Se balader sans casque, toucher tout ce qui bouge, marcher n’importe où, s’éloigner des autres et évidemment mettre sa tête au dessus d’un truc super louche! Le film se prend hyper au sérieux et comme dans Prometheus on a droit à de longs dialogues philosophiques qui cassent complètement le rythme du film. La dernière partie du film balance du fan-service à tout va, mais c’est trop tard. Le film a perdu tout intérêt depuis bien longtemps, tout étant tellement prévisible et/ou grotesque…

Je suis fan d’ Alien et Aliens, et chaque fois qu’un nouveau film est prévu j’ai l’espoir de retrouver le plaisir que j’ai connu avec ces deux classiques de la SF. Peut-être ai-je trop d’attentes ou peut-être qu’on a fait le tour avec l’univers Alien et qu’il serait temps de passer à autre chose. Mais si vous voulez voir  un film plus proche de l’esprit Alien, Life est pas trop mal et est encore au cinéma.

 

John

Laisser un commentaire