Blade Runner 2049 : Denis Villeneuve a réussi l’impossible !

Blade Runner 2049

Film de science-fiction américain réalisé par Denis Villeneuve, sorti le 4 octobre 2017.

Suite du Blade Runner de Ridley Scott, sorti en 1982.

Avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Ana De Armas, Robin Wright, Jared Leto

 

 

 

La bande-annonce

 

 

 

Ce que j’en ai pensé

Chef-d’oeuvre pour les uns, foutage de gueule pour les autres, Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve va diviser les foules. Comme le Blade Runner de Ridley Scott, sorti en 1982. Les grands films de science-fiction divisent, que ce soit 2001 : A space odyssey de Kubrick ou Brazil de Gilliam, pour en citer deux des plus célèbres. Les grands films de S-F divisent car ils apportent une vision du monde, du futur qui peut déranger et abordent des thèmes souvent délicats. La S-F provoque et pose de vraies questions. Blade Runner et Blade Runner 2049 font assurément partie de cette catégorie de grands films.

Ceux qui connaissent et aiment le film original de Ridley Scott se retrouveront vite en territoire familier. Blade Runner 2049 se déroule 30 ans plus tard. L’agent K (Ryan Gosling) est un Blade Runner, un policier chargé de retrouver et de « retirer » les rebelles. Les nouvelles versions des androïdes ont une obéissance programmée et sont régulièrement testées pour contrer toute déviation émotionnelle, mais il y a encore quelques Nexus 8 en liberté, des anciens modèles hors de contrôle et sans date de « terminaison ». Lorsque l’agent K découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard (Harrison Ford), un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies…

Comme toute bonne fiction dystopique, Blade Runner 2049 crée efficacement son propre monde, tout en gardant un oeil critique sur le nôtre, essentiellement sur nos relations avec la technologie et les uns avec les autres. Le nouveau Blade Runner est un rare cas de suite qui mérite vraiment son existence, par la mise à jour et l’expansion des thèmes du film original, pour les amener du 20ème siècle au 21ème. Oui, Blade Runner 2049 est le miracle que l’on n’osait plus espérer.

Blade Runner 2049 enchaîne les similitudes avec l’original, un casting de personnages similaires, un scénario cohérent avec l’histoire imaginée par les scénaristes Hampton Fancher et David Webb Peoples, des décors fidèles et une bande-originale de Hans Zimmer et de Benjamin Wallfisch qui n’a pas à rougir devant celle, devenue culte, de Vangelis. Villeneuve et son équipe ont accompli un boulot colossal pour coller au mieux à l’original, et cela se voit à l’écran.

Basé sur le roman de Philip K. Dick , « Do Androids Dream of Electric Sheep? » (1968) et dont l’histoire est située en 2019, le 1er Blade Runner insistait, et ça fait un peu rire aujourd’hui, sur les voyages spatiaux, mais avait raison sur bien d’autres choses, notamment sur les résultats désastreux du changement climatique, sur les dilemmes éthiques du clonage et de la modification génétique, ou sur le potentiel de l’intelligence artificiel et de la robotique. Blade Runner 2049 poursuit ces questions, et va plus loin. Quelle est la place des androïdes dans une société totalitaire? Ont-ils le droit d’aimer? D’avoir des rêves? S’ils peuvent prendre des décisions par eux-mêmes, qu’est-ce qui les différencie des humains? Pourquoi n’auraient-ils pas les mêmes droits? La relation entre l’agent K et l’hologramme Joi (excellente Ana De Armas) est représentative de ces nombreuses questions, clairement la plus belle histoire d’amour ‘bizarroïde’ depuis Her.

Dans Blade Runner, l’ancien et le nouveau, l’atmosphère fait beaucoup, et Villeneuve est passé maître dans ce domaine.  Avec Dennis Gassner aux décors et Roger Deakins à la photographie, le réalisateur canadien a créé une atmosphère incroyable, une esthétique de dingue, mélange de steam-punk, de space-junk et de néo-noir. Une claque visuelle, une oeuvre d’art, Blade Runner 2049 est le plus beau film de S-F que j’ai pu voir sur grand écran!

Finalement le seul point qui me déçoit légèrement est le duo Ford – Gosling. Dans les campagnes publicitaires, Ford est ultra-présent mais à l’écran on doit le voir maximum 15 minutes, 15 minutes importantes dont une scène finale magnifique mais quand même… Pour Gosling, il colle bien au personnage de K mais je commence à en avoir un peu assez de son jeu mono-expressif présent depuis sa double collaboration avec Nicolas Winding Refn. Certaines scènes auraient gagnées en intensité si son jeu avait eu un peu plus d’épaisseur.

Avec Blade Runner 2049, Denis Villeneuve a réussi l’impossible, donner une suite de qualité au film culte de Ridley Scott. Et vous savez quoi? Je pense que 2049 est encore meilleur que l’original !

 

John

 

Laisser un commentaire