« Creed » (2015): Victoire par KO !

Creed sort la franchise Rocky hors du placard pour un septième round étonnamment efficace qui prolonge la saga du boxeur dans de nouvelles directions intéressantes tout en restant fidèle aux racines des premiers films .

Unknown-6

Creed, comme Rocky en son temps, symbolise le rêve américain ou du moins ce qu’il en reste. Partir de rien et arriver au sommet, à force de travail et de détermination. 30 ans après le 1er Rocky la recette fonctionne toujours. On aurait pu tomber dans tous les clichés du genre, on aurait pu tomber sur le 1er navet de l’année, on aurait pu rigoler d’un Sylvester Stallone « has been » et pourtant le réalisateur Ryan Coogler évite tous les pièges et nous balance un uppercut en pleine face!

Creed raconte l’histoire Adonis Johnson (Michael B. Jordan) .Fils du célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d’être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa (Sylvester Stallone), que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur. D’abord réticent, l’ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…

La force de Coogler, brillant réalisateur de Fruitvale Station, est de centrer son récit sur les relations humaines. Michael B. Jordan, déjà étincelant dans Fruitvale Station, crève ici l’écran. Sobre et très juste, il a le talent et les épaules pour être le nouveau Balboa. Injustement boudé des  prochains Oscars, il aurait pu facilement être à la place de Matt Damon dans la liste des nominés, mais bon il ne plante pas de patates avec son c*ca… ( pour ceux qui ont vu The Martian 😉 ). Pareil pour Ryan Coogler, il avait sa place dans les nominés pour le meilleur réalisateur et pour le meilleur film. Pas facile d’être black à Hollywood … Mais la vraie star du film c’est bien sûr Stallone. Toujours très bon dans la peau de Rocky, il apporte ici une nouvelle dimension à son personnage, à la fois touchant et puissant. Sa complicité avec le jeune Creed est le coeur du film. Stallone ne joue pas Rocky, il est Rocky. Et à 69 ans il signe la plus belle performance de sa carrière. Auréolé il y a un peu d’un Golden Globe du meilleure second rôle, il pourrait dans quelques semaines décrocher son 1er Oscar…

 

Master of Screen

2 pensées sur “« Creed » (2015): Victoire par KO !

Laisser un commentaire