Dear White People : Une série qui parle de racisme avec humour et intelligence

Dear White People

Série télévisée satirique américaine basée sur le film éponyme de Justin Simien et diffusée depuis le sur Netflix.

Avec Brandon Bell, Logan Browning, Antoinette Robertson, DeRon Horton

 

De quoi ça parle ?

Le prestigieux campus universitaire de Winchester, en proie aux rivalités, aux amours et aux crises identitaires, fait face à une nouvelle révolution. Animatrice d’une émission de radio qui suscite la polémique au sein de l’école, Sam White dénonce les injustices.

 

 

Ce que j’en ai pensé

Dear White People fut d’abord un film, dont on a beaucoup parlé aux USA lors de sa sortie en 2014. Salué presque unanimement par les critiques pour son intelligence et son audace. Son auteur-réalisateur, Justin Simien, l’a repris pour développer une série qui, sous le même titre, explore avec humour et cynisme l’évolution de jeunes noirs américains dans une grande université. Rarement le thème du racisme n’aura été traité avec autant de justesse.

Dear White ­People nous introduit dans l’une de ces universités où sont formés les génies de demain et les prochains ­dirigeants du pays. Lors d’une fête pour Halloween, des étudiants blancs organisent une ‘Blackface Party’, une fête où il faut se déguiser en Noir. La communauté Noire de l’université est indignée et décide de réagir face à ce qu’elle considère comme l’un des plus gros scandales de l’histoire de l’université.

Alors acte raciste ou festif ? Pour tenter de répondre à cette question Dear White People va, au fil de ses 10 épisodes, suivre plusieurs étudiants, noirs et blancs. La métisse révoltée, le fils à papa destiné à être le nouveau Obama, le petit ami blanc accusé à tort, le black tête de turc de l’école, … L’intelligence de Dear White People est là, en suivant des profils complètement différents, on a plusieurs points de vue sur cette fête scandaleuse et les conséquences que cela engendre sur les étudiants et la vie communautaire. Dear White People se moque des clichés habituels sur le racisme grâce à son humour subtil. La série va beaucoup plus loin que le simple ‘blancs vs noirs’, la discrimination raciale allant dans les deux sens mais la série pointe également les absurdités au sein même des communautés. Justin Siemen égratigne aussi le système universitaire, son hypocrisie, ses manipulations, ses magouilles… Dear White People va beaucoup plus loin que le racisme et ose aborder une multitude de sujets. Cette 1ère saison est très dense et de grande qualité, j’ai dévoré les 10 épisodes en seulement quelques jours! Ne passez pas à côté !

 

John

Laisser un commentaire