« Ex Machina »: Je pense, donc je suis ?

Fiche du film

Date de sortie : 3 juin 2015 (1h48)

De : Alex Garland

Avec: Domhnall Gleeson, Alicia Vikander, Oscar Isaac

Genre: Science-fiction

 

Synopsis

À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante  : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.

 

Ce que j’en ai pensé

Ex Machina est un film de science-fiction qui, comme beaucoup d’autres, joue sur la peur de l’avenir. Peur de l’intelligence artificielle (IA) et de la ligne assez floue qui sépare la vie humaine et ses imitations. Le réalisateur Alex Garland se sert de cette crainte de l’IA pour analyser une peur encore bien plus grande chez l’homme, celle de l’interaction sociale et des questions que cela engendre. Est-ce que cette personne m’aime vraiment ou bien fait-elle semblant? Est-ce une personne sincère ou manipulatrice?

Dans Ex Machina on suit un programmeur, Caleb (Domhnall Gleeson), qui travaille pour une société genre Google et qui suite à un concours gagne un séjour d’une semaine dans la demeure du PDG de la société, Nathan (Oscar Isaac). Dès son arrivée, Nathan annonce à Caleb qu’il construit une intelligence artificielle nommée Ava (Alicia Vikander), et que Caleb devra déterminer si elle peut passer pour humain.

Caleb est, en effet, là pour faire passer à Ava le test de Turing, le même Alan Turing interprété par Benedict Cumberbatch dans l’excellent Imitation Game. En gros le test de Turing consiste à mesurer la capacité d’une machine « à penser ». Pour compliquer (ou aider)  la tâche de Caleb, Ava est conçue pour être aussi belle que possible. Elle est timide, charmante, mystérieuse et arrive à immédiatement ensorceler Caleb. Les questions qui font immédiatement surface dans le film sont: est-ce que Ava montre de l’intérêt pour Caleb  parce qu’elle est conçue pour se comporter comme un humain? Ou bien essaie t-elle tout simplement de le manipuler pour gagner sa liberté? Et si en effet elle le manipule, n’est-ce pas ce genre d’instinct de survie qui ferait d’elle un humain?

ex-machina-2

Oscar Isaac joue avec conviction Nathan, un génie de l’informatique au look d’hispter retiré dans son domaine au milieu des montagnes et obsédé par ses inventions. Nathan est présenté comme un gars sympa et chaleureux , mais des zones d’ombres vont rapidement faire surface. Isaac parvient à maintenir le doute sur son personnage et un sentiment de crainte. Le plaisir qu’on a en regardant Ex Machina , qui est relativement léger en action, est de se demander ce que sont les motivations réelles de chacun. D’une certaine façon , Caleb effectue un test de Turing sur Nathan autant que sur Ava .

Tout au long du film, Nathan et Caleb discutent de dilemmes philosophiques sur  » la création de la vie » dans le sens de la construction d’une AI humaine ; pour Nathan , investir ses créatures d’une sexualité est une partie cruciale de ce qui les rend humain, mais elle soulève le spectre effrayant des « Real Dolls » et « Robots- gigolos » futuristes . À un moment donné , Ava fouille un placard  rempli d’avatars féminins nus , à la recherche d’une peau séduisante à greffer sur son châssis; l’imagerie est volontairement inquiétante , mais Garland veut clairement faire réfléchir les spectateurs sur les implications morales qu’un monde ultra-technologique auraient sur nous . Si les machines ont une conscience, comment devons-nous les traiter?

Ex-Machina (1)

Ex Machina est l’un des meilleurs films de science-fiction des dernières années et un premier film remarquable pour Alex Garland , qui s’est fait un nom en tant que romancier et scénariste depuis environ 15 ans. Ses collaborations avec Danny Boyle , sur 28 Days Later et Sunshine, étaient déjà des films de science-fiction qui n’avaient pas peur de soulever des questions philosophiques assez profondes . Ex Machina a, en plus d’un scénario en béton, une beauté visuelle proche des meilleurs films de David Fincher . Alex Garland devra confirmer avec son prochain film, Annihilation, prévu pour 2017. J’ai hâte.

Bande-annonce

 

John

Une pensée sur “« Ex Machina »: Je pense, donc je suis ?

Laisser un commentaire