« Hail, Caesar! »: Petite déception!

« À Hollywood, dans les années 50. Eddie Mannix est un fixeur : les studios de cinéma l’engagent pour régler les problèmes des stars. Les studios hollywoodiens font appel à lui pour retrouver l’acteur Baird Whitlock kidnappé par des truands. »

Trois ans après «Inside Llewyn Davis», magnifique « pseudo-biographie »  d’un chanteur folk malchanceux, les frères Coen renouent avec leur veine satirique dans «Hail, Caesar!», un film efficace mais sans surprise 

« Hail, Caesar! » est la première comédie des frères Coen depuis « Burn After Reading » (2008). Entre les deux nous avons eu droit à trois grands films des frères, « A Serious Man » (2009), « True Grit » (2010) et « Inside Llewyn Davis » (2013). Leur capacité à sauter d’un genre à un autre avec une telle facilité est toujours aussi impressionnante…

La reconstitution du Hollywood des années 50 est très réussie, et le casting est juste parfait. Mention spéciale à Josh Brolin, impeccable dans le rôle du « fixeur » Eddie Mannix. Si l’humour est bien présent et certaines scènes éblouissent vraiment , ce portrait brillant et féroce d’un âge d’or hollywoodien aux productions multiples et variées (polar, péplum, comédies musicales, …) nous laisse un peu sur notre faim. Cette comédie extravagante au casting quatre étoiles (Ralph Fiennes, Channing Tatum, George Clooney, Scarlett Johansson, Jonah Hill…) a trop tendance à s’éparpiller et à n’offrir que trop peu de temps à l’écran à certaines de ses stars.

Bon film donc, mais j’espérais beaucoup plus de la part des frères Coen. Petite déception.

 

Master of Screen

Laisser un commentaire