Kingsman The Golden Circle : Une mauvaise suite …

Kingsman: The Golden Circle

Comédie d’espionnage britannico-américaine coécrite et réalisée par Matthew Vaughn, sorti le 28 septembre 2017. (Le 11 octobre en France)

Avec Taron Egerton, Colin Firth, Julianne Moore, Mark Strong, Halle Berry, Pedro Pascal, Jeff Bridges, Channing Tatum

 

 

L’histoire

Kingsman, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis. Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

 

 

Ce que j’en ai pensé

Il n’y a pas plus frustrant qu’un film fun et original suivi d’une suite ‘quelconque’, remplie de toutes les déceptions que le terme implique.

Un film d’action banal, voilà ce qu’est devenu Kingsman, et c’est bien dommage.

Plus d’explosions et plus de destruction. Plus de guest stars. Plus de cascades en CGI dans lesquelles tout est tellement chorégraphié et calculé que tout semble faux , jamais dangereux ou audacieux.

Kingsman : Secret Services donnait un sacré coup de jeune aux services secrets britanniques. Des agents stylés (encore plus que Bond), un scénario fun et léger, l’humour british, un Colin Firth étincellant, des scènes d’action de folies (l’église, le bar,…), et la révélation Taron Egerton. Tout passait bien, même le côté ‘cartoon’ de certaines scènes. Kingsman The Golden Circle tombe dans le piège du « bigger is better » mais sans l’âme, la personnalité et même l’intelligence du film original. Seules choses que je retiens, l’introduction assez réussie de Statesman, l’équivalent américain de Kingsman, et la place accordée à Merlin (Mark Strong), personnage le plus intéressant et touchant de cette suite.

Pourtant, Matthew Vaughn nous avait habitué à beaucoup mieux. Réalisateur talentueux, capable de prendre des risques, et de produire quelque chose de nouveau, il l’a prouvé avec Kick-Ass, X-Men: First Class ou le 1er Kingsman. Mais cette fois-ci la sauce ne prend pas. De là à enterrer la franchise Kingsman? Peut-être pas encore. Elle a encore le potentiel pour nous surprendre mais Vaughn n’aura plus droit à l’erreur.

 

John

 

Laisser un commentaire