Les Fantômes d’Ismaël : Le Festival de Cannes démarre fort

Les Fantômes d’Ismaël

Film français d’Arnaud Desplechin, sorti le 17 mai 2017 et projeté en ouverture, hors-compétition, au festival de Cannes 2017.

Avec Mathieu Amalric, Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg

De quoi ça parle ?

Ismaël Vuillard sur le point de tourner un film sur le portrait d’Ivan, un diplomate atypique inspiré de son frère, est perturbé par le retour de Carlotta, un ancien amour disparu vingt ans plus tôt et dont il n’a réussi à faire le deuil. Sa nouvelle compagne, Sylvia, s’enfuit et Ismaël rejette Carlotta. Alors que sa raison semble vaciller, il quitte le tournage pour retrouver sa maison familiale à Roubaix, assailli par ses fantômes.

 

 

Ce que j’en ai pensé

Présenté en ouverture du Festival de Cannes 2017, Les Fantômes d’Ismaël est le nouveau film d’Arnaud Desplechin, réalisateur des très bons Rois et Reine et Un Conte de Noël. Véritable mélange des genres, Les Fantômes d’Ismaël est impossible à classer. A la fois drame intimiste, film d’espionnage et romance, le dernier opus de Desplechin brouille constamment les pistes, au risque de perdre certains spectateurs en cours de route. La structure du film est très éloignée de ce qui ce fait habituellement, s’affranchissant des codes de la narration et rien que pour ça le film mérite le détour. J’ai apprécié l’audace du cinéaste, même si je trouve que la dernière partie du film est plus confuse et moins attrayante. Il existe un director’s cut de 17 minutes plus long qui, semble t’il, fluidifie le dernier acte et apporte une conclusion plus satisfaisante.

Les trois acteurs principaux sont excellents. Mathieu Amalric, acteur fétiche de Desplechin, est transcendé par son rôle. Il joue Ismaël, un réalisateur tourmenté par ses fantômes du passé, dépressif et alcoolique. Sa rencontre avec Sylvia va changer sa vie. Sylvia était une femme un peu paumée jusqu’à sa rencontre avec Ismaël, cette rencontre va enfin donner un sens à sa vie. Charlotte Gainsbourg est bouleversante en amoureuse meurtrie, une grande performance d’actrice. Tout va bien entre Ismaël et Sylvia jusqu’au jour où l’ex-femme d’Ismaël, disparue depuis 21 ans, resurgit de nulle part. Marion Cotillard interprète l’ex femme et est comme à son habitude très bonne, même si légèrement en retrait par rapport au duo Amalric-Gainsbourg. Les 3 acteurs forment un triangle amoureux peu conventionnel et assez déroutant.

Projeté en hors compétition au Festival de Cannes, le dernier long d’Arnaud Desplechin aurait sans nul doute eu sa place dans la compétition officielle et aurait pu qui sait revendiquer la Palme d’or. Cela n’empêche que Les Fantômes d’Ismaël a lancé le festival de la plus belle des manières. Un immanquable pour les admirateurs de Desplechin, pour ceux du trio d’acteurs et pour tous les cinéphiles.

John

 

Laisser un commentaire