Mindhunter : Dans la tête d’un serial killer

Mindhunter

Série TV américaine créée par Joe Penhall, produite par David Fincher et Charlize Theron, qui est diffusée sur Netflix depuis le 13 octobre 2017.

Avec Jonathan Groff, Holt McCallany, Anna Torv

 

 

L’histoire

La série s’inspire de l’ouvrage Mindhunter : Dans la tête d’un profileur de Mark Olshaker et John E. Douglas.

En 1977, à l’aube de la psychologie criminologique et du profilage criminel au sein du FBI, les agents Holden Ford et Bill Tench vont s’entretenir avec plusieurs tueurs en série. Ensemble, et avec l’aide de la psychologue Wendy Carr, ils vont tenter de cerner la personnalité de nombreux meurtriers afin d’acquérir les connaissances nécessaires à la résolution d’affaires criminelles.

 

 

Ce que j’en ai pensé

Mindhunter, la nouvelle série Netflix, créée par Joe Penhall et produite par David Fincher, est une petite merveille! David Fincher n’est pas le showrunner de Mindhunter, mais il s’est pleinement impliqué dans le projet, réalisant 4 épisodes de cette 1ère saison et supervisant les 6 autres. L’univers des serial killers au cinéma est évidemment indissociable de la filmographie du réalisateur américain, il a réalisé deux monuments du genre, Se7en et Zodiac. D’ailleurs si vous avez aimé Mindhunter et que vous n’avez pas vu Zodiac, je vous conseille vivement de le voir, c’est à mon avis LE chef-d’oeuvre de Fincher, et il y a pas mal de similitudes entre les deux oeuvres.

Mindhunter se déroule en 1977, deux agents du FBI, Holden Ford et Bill Tench, travaillent respectivement comme négociateur de prise d’otage et comme expert des comportements criminels. Ils constatent qu’un nouveau genre de meurtre a émergé : ceux pour lesquels il n’existe pas de mobile évident et pour lesquels le meurtre semble une fin en soi, sans lien entre le meurtrier et la victime.
Comprenant qu’il est nécessaire de comprendre ces nouveaux comportements criminels et d’identifier leurs origines pour pouvoir les arrêter, nos deux agents décident de donner la parole à ce type de tueurs, afin de comprendre leurs mécanismes psychologiques : Ed Kemper, Jerry Brudos et Richard Speck entre autres.
De ces échanges commencent à émerger une approche systémique et théorique (les bases du « profilage »). On retrouve donc les premières utilisations du terme de « sequence killer », qui aboutira au terme de « serial killer », avec les notions naissantes de tueur organisé/désorganisé.

Mindhunter n’est pas une série ‘policière’ comme les autres, elle ne cherche pas, comme bon nombre de séries traitant de serial killers, à dépeindre des meurtres et de savoir comment ils ont eu lieu. Dans Mindhunter l’intérêt est de comprendre les raisons qui poussent un être humain à commettre des crimes horribles. La série ne cherche pas à collectionner les images choquantes sur les atrocités que les tueurs ont commises, ici tout est dans le psychologique et le sociologique. A travers les témoignages glaçants de tueurs, en particulier Ed Kemper (génialement interprété par Cameron Britton), et l’évolution des agents Ford et Tench, tant au niveau professionnel que personnel. Mindhunter glace le sang par son approche saisissante de réalisme, bien aidé par un scénario en béton, bien documenté, de dialogues d’une précision chirurgicale et d’une esthétique hypnotisante qui colle parfaitement à l’époque et au contexte. Une esthétique très ‘finchienne’, comme la mise en scène ultra léchée d’ailleurs.

Bref, j’ai adoré Mindhunter, et je vous la recommande absolument si vous aimez Fincher et/ou les histoires de tueurs en série, vous avez devant vous la nouvelle série référence dans le genre !

John

Laisser un commentaire