« Miss Peregrine » : Que vaut le nouveau Tim Burton?

Fiche du film

Titre Original : Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children    De : Tim Burton    Avec : Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson    Genre : Fantasqtique    Origine : USA

 

peregrins-gallery9-gallery-image

 

De quoi ça parle ?

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

  • Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children est l’adaptation d’un roman écrit par Ransom Riggs publié en 2011. L’histoire est répartie sur 3 tomes. Le premier s’est vendu à plus de 3,1 millions d’exemplaires. Sa suite, Hollow City, a été publiée en 2014, bientôt suivie par le dernier livre de la trilogie, La Bibliothèque des âmes.
  • C’est la seconde fois que la comédienne française Eva Green travaille avec Tim Burton après Dark Shadows en 2012.
Ce que j’en ai pensé

A la ramasse depuis quelques films, Tim Burton retrouve l’ inspiration et la poésie de ses débuts. Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children est son film le plus abouti depuis Sweeney Todd, datant déjà de 2007.

Visuellement c’est du grand Burton. Il a toujours cette faculté à pouvoir créer un univers fantastique en seulement quelques plans. Rien n’est laissé au hasard, l’atmosphère,  les décors, les costumes, l’immersion est totale. C’est également son film le plus touchant depuis Big Fish. La relation grand-père/ petit-fils dans Miss Peregrine fait écho à la relation père/fils de Big Fish. Les deux films sont animés par le rêve, l’imagination et la famille . L’on est donc ici en terrain familier, Burton fait ce qu’il sait faire le mieux, faire rêver les gens et les transporter dans un monde magique. La différence, l’inadaptation et la fin de l’innocence sont d’autres thèmes fétiches au grand réalisateur qui trouvent dans Miss Peregrine un terrain parfait pour s’exprimer. Cette maison pour enfants particuliers regorge de personnages typiquement « Burtoniens », du petit garçon invisible aux jumelles effrayantes, en passant par le garçon cracheur d’abeilles. Il ne faut pas oublier Eva Green, parfaite en maîtresse des lieux, capable de se transformer en oiseau, et  Samuel L. Jackson en grand méchant de l’histoire.  Cette galerie de « freaks » est juste géniale.

Ce conte pour (grands) enfants devrait plaire à un large public et permettre à Tim Burton de renouer avec son public. Magique et divertissant, Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children est une belle réussite.

 

 

John

 

 

 

 

Laisser un commentaire