Moonlight : Déjà un incontournable du cinéma US

Moonlight

Film dramatique américain écrit et réalisé par Barry Jenkins, sorti le 1er février 2017 en Belgique et en France. Il s’agit de l’adaptation de la pièce de théâtre In Moonlight Black Boys Look Blue de Tarell Alvin McCraney.

Avec Trevante Rhodes, André Holland, Ashton Sanders, Janelle Monae, Mahershala Ali, Alex R. Hibbert

 

 

De quoi ça parle ?

Pendant trois périodes cruciales de sa vie (9-10 ans, 16-17, et dix ans plus tard), Chiron, un afro-américain de Miami se bat contre son milieu (scolaire) et sa famille (mère droguée) pour vivre son homosexualité, essayant de s’affirmer, tout en demeurant fidèle à lui-même.

 

 

Ce que j’en ai pensé

Après des années de sous-représentation à l’écran, le sort des acteurs et des cinéastes noirs est devenu une affaire internationale lors des Oscars de l’année dernière. Le hashtag #OscarsSoWhite a permis d’informer le public que, pour la deuxième année consécutive, aucun acteur noir n’avait été nommé dans l’une des 20 places disponibles dans les catégories d’acteur. En plus de cela, aucun réalisateur noir n’a jamais remporté l’Oscar du meilleur réalisateur en 88 ans d’histoire des Oscars !

Cette controverse devrait être évitée cette année. Bien que les échelles ne soient pas encore totalement équilibrées, les films et performances d’acteurs d’afro-africains devraient être récompensés lors des Oscars 2017. Réalisé par Denzel Washington, Fences devrait voir Viola Davis remporter l’ Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Hidden Figures , gros succès critique et public, pourrait rafler quelques prix également. Mais le grand favori des critiques est Moonlight. Il a remporté le Globe Globe du meilleur film (drame), il a remporté une pléthore de prix de la critique, et est nommé dans 8 catégories aux Oscars.

L’histoire de Moonlight est basée sur un travail de Tarrel Alvin McCraney. Il s’agissait d’une pièce semi-autobiographique écrite en 2003 (à l’âge de seulement 23 ans) dans le cadre d’une demande d’admission à l’université. Sa pièce n’a jamais été publiée ni jouée. Le réalisateur Barry Jenkins est tombé par hasard sur cette pièce et a senti le potentiel pour en faire un grand film. Bien vu.

Une petite comparaison pourrait être faite avec Boyhood de Richard Linklater – un film étalé sur 12 années qui suit l’évolution d’un garçon du Texas, de l’enfance à l’âge adulte.  Moonlight a des thèmes similaires mais l’approche est sensiblement différente.

Le film de Barry Jenkins suit le parcours d’un enfant nommé Chiron qui vit dans un quartier pauvre et violent de Miami, en Floride. L’histoire est divisée en trois segments (enfance, adolescence, âge adulte) avec à chaque fois des moments clés de la vie de Chiron. Dans le chapitre d’ouverture, il est un garçon calme et timide (Hilbert), malmené par ses camarades de classe et négligé par sa mère toxicomane (Harris). Dans l’acte intermédiaire, il est un adolescent introverti (Sanders) qui lutte contre son orientation sexuelle. Dans la partie finale, il est un dealer de drogue (Rhodes) qui cherche à se distancer de son passé.

Moonlight est un film remarquablement réussi sur un homme qui essaie de trouver l’amour et sa place dans le monde. Les performances livrées par les trois acteurs principaux sont déchirantes. Le film est lourd, sombre et déprimant, mais impossible de rester insensible face aux différentes épreuves qu’affrontent Chiron. La scène finale d’une puissance émotionnelle rare restera longtemps dans les mémoires.

John

Une pensée sur “Moonlight : Déjà un incontournable du cinéma US

Laisser un commentaire