« Super 8 »: Hommage vibrant au cinéma fantastique des années 80

Super 8

Réalisé par J.J. Abrams

Avec Joel Courtney, Elle Fanning, Kyle Chandler

 

super-8-2011-pcstudioz-3

 

De quoi ça parle?

Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu’ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

 

super8-kids-town-attack

 

Ce que j’en ai pensé

Depuis une quinzaine d’années le nom de J.J. Abrams revient régulièrement dans les conversations de cinéphiles. Il est connu pour avoir créé un tas de séries à succès comme Alias, Lost ou Fringe et pour avoir réalisé/relancé trois grosses franchises, Mission:Impossible, Star Trek et Star Wars. Grand admirateur de Steven Spielberg et fan absolu de cinéma fantastique, J.J. Abrams livre avec Super 8 un hommage vibrant au cinéma des années 80. Le long-métrage fait également écho à sa jeunesse, il a en effet réalisé son 1er film en format super 8 à l’âge de 14 ans. Super 8, sorti en 2011, est sans conteste son film le plus personnel, et le plus abouti.

A la manière du récent Stranger Things, Super 8 est bourré de références aux films fantastiques des années 80, essentiellement la période « Close Encounters of The Third Kind – E.T. » de Spielberg, ainsi que Les Goonies (évidemment), Poltergeist, … Mais J.J. Abrams ne se limite pas à multiplier les références, il arrive surtout à capter la magie et les émotions qui ont fait de ces films des références du cinéma contemporain. Il s’amuse aussi à jouer avec son propre univers, l’extra-terrestre du film fait fortement penser au monstre de Cloverfield (qu’il produit) et l’ambiance surnaturelle renvoie directement aux plus belles heures de Fringe.

Super 8 est un grand film de divertissement comme on n’en fait plus, bien loin des blockbusters actuels. Il nous rend nostalgique d’une époque où l’histoire et les personnages primaient sur les effets visuels. J’aurais aimé que J.J. Abrams puisse mettre autant d’âme et de coeur dans ses versions de Star Trek et Star Wars…

 

 

John

Laisser un commentaire