« The Infiltrator » : L’histoire complètement dingue d’un agent infiltré

Fiche du film

Date de sortie : 7 septembre 2016 ( en France)    De : Brad Furman    Avec : Bryan Cranston, Diane Kruger, John Leguizamo    Genre : Thriller    Origine : USA

 

bryan-cranston-in-the-infiltrator

 

De quoi ça parle?

L’agent fédéral Bob Mazur a pour mission d’infiltrer le cartel de drogue de Pablo Escobar. Son but : faire tomber 85 barons et une banque internationale. Son plan : s’inventer un passé, une identité, une fiancée. Son risque : le moindre faux pas lui serait fatal.

  • The Infiltrator est l’adaptation sur grand écran de l’autobiographie de Robert Mazur, ancien agent infiltré dans les cartels de Colombie à l’époque du règne de Pablo Escobar. Une fois sur place, il avait pour mission de démanteler le système corrompu des banques. Sous la couverture d’un blanchisseur d’argent nommé Bob Musella, il a permis l’arrestation de plus de 80 personnes après une infiltration méticuleuse se déroulant sur 2 années.
  • Ironie du sort, dans un épisode de Breaking Bad, Walter White mentionne un livre écrit par Robert Mazur, le personnage que campe Bryan Cranston dans The Infiltrator.

 

moviereview2-1

 

Ce que j’en ai pensé

Le Cartel de Medellin est à la mode depuis quelques mois, en grande partie grâce à Netflix et sa (brillante) série Narcos. The Infiltrator surfe sur la vague, en adaptant l’histoire vraie et complètement dingue de Robert Mazur, un flic qui a su infiltrer le cartel dans le milieu des années 80. Un rôle taillé sur mesure pour Bryan Cranston (déjà excellent dans Trumbo , sorti en début d’année). C’est assez jouissif de le retrouver, après sa période Breaking Bad,  dans un film qui traite de la drogue. Dans un rôle très différent mais qui présente malgré tout certaines similitudes, il doit dans les 2 cas se créer un alter ego pour réussir et protéger son identité, Walter White / Heisenberg dans Breaking Bad, Robert Mazur / Bob Musella dans The Infiltrator. La grosse différence est que Robert Mazur a un vrai sens moral…

Le réalisateur Brad Furman, qui a déjà bossé avec Cranston sur The Lincoln Lawyer, livre ici un thriller solide, au scénario malin et au tempo soutenu. Furman s’attarde sur le côté humain de l’infiltration, sur les liens qui peuvent se nouer entre les flics infiltrés et les criminels. Un angle d’approche très intéressant et qui se démarque des films de trafiquants de drogue habituels. Malheureusement, deux heures c’est beaucoup trop peu pour un sujet pareil. J’aurais bien vu The Infiltrator en série, avec toujours Cranston dans le rôle titre… C’est bon de rêver !

Au final, The Infiltrator est un film beaucoup plus porté sur le côté humain de la vie d’infiltré que sur le spectaculaire, ce qui pourrait frustrer les amateurs d’action. La mise en scène de qualité et la prestation cinq étoiles de Bryan Cranston font de The Infiltrator un film d’excellente facture, à défaut d’être révolutionnaire.

 

 

John

Laisser un commentaire