The Lost City of Z : Un grand moment de cinéma

The Lost City of Z

Film d’aventure historique américain réalisé par James Gray, sorti le 15 mars 2017.

Avec Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller, Tom Holland

 

The Lost City of Z : Charlie Hunnam

 

De quoi ça parle ?

Adaptation cinématographique du roman The Lost City of Z de David Grann, lui-même inspiré des aventures de Percy Fawcett.

Percy Fawcett est un colonel britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu’il s’apprête à devenir père, la Société géographique royale d’Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire…

 

The Lost City of Z : Robert Pattinson

 

Ce que j’en ai pensé

James Gray, le réalisateur des excellents The Yards et We Own The Night, est un homme obstiné. Il lui a fallu 7 années pour que son adaptation du roman The Lost City of Z  de David Grann puisse voir le jour. Problèmes financiers, acteur principal qui abandonne le projet (d’abord Brad Pitt, ensuite Benedict Cumberbatch), pression des studios… Assez d’obstacles pour que normalement le film rejoigne la longue liste des projets maudits. Heureusement pour nous, les amoureux du cinéma, James Gray a tenu bon et nous livre une oeuvre magistrale!

The Lost City of Z peut être apprécié comme un hommage aux films d’aventures/de guerre à l’ancienne et de la grande période Hollywoodienne des années 60-70, on retrouve le souffle épique d’un Lawrence d’Arabie (1962) par exemple, mais aussi l’esthétique éblouissante d’un Apocalypse Now (1979) ou la poésie d’un Days of Heaven (1978). Les influences de Coppola et Malick sont présentes tout au long des 140 minutes que durent le film, d’ailleurs il y a une anecdote assez amusante, James Gray aurait demandé des conseils à Coppola pour le tournage dans la jungle, Coppola lui aurait juste répondu : « N’y va pas ».

Mais The Lost City of Z n’est pas seulement un hommage réussi au cinéma d’une époque, c’est aussi un grand film made by James Gray, avec ses thèmes qui lui sont chers (les histoires de famille, la paternité, les rapports père-fils, l’obsession,…). Techniquement le film est superbe, tant au niveau de l’image que du son, mais c’est surtout narrativement que James Gray impressionne, avec un récit puissant et ambitieux. Cette quête vers une Cité perdue dans la fôret amazonienne est plus profonde qu’elle n’y parait, c’est la quête d’un homme qui cherche à redorer le blason de sa famille mais surtout une quête qui cherche à prouver que les soi-disant sauvages auraient beaucoup à apprendre aux soi disant civilisés.

Pour terminer j’aimerais mentionner les prestations de Charlie Hunnam (Percy Fawcett) et Robert Pattinson (Henry Costin, grand ami de Fawcett).  Ils sont excellents, ce qui n’est pas vraiment une surprise pour Hunnam (il était déjà énorme dans Sons of Anarchy) mais beaucoup plus concernant Pattinson. Il semble enfin prêt à se défaire de son image de vampire écervelé (Twilight) et s’il fait les bons choix, pourrait avoir une carrière intéressante. Il en a le potentiel.

The Lost City of Z est un grand film, surprenant et intriguant. Je suis allé le voir sans trop d’attentes et je suis sorti de la salle totalement ébloui! Un grand moment de cinéma.

Une pensée sur “The Lost City of Z : Un grand moment de cinéma

Laisser un commentaire