‘Three Billboards Outside Ebbing, Missouri’ : Petite pépite !

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

Film britannico-américain réalisé par Martin McDonagh, sorti le 17 janvier 2018.

Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell, Peter Dinklage

 

 

L’histoire

Neuf mois après le viol et le meurtre de sa fille, Mildred Hayes (Frances McDormand) décide de réagir car la police n’a obtenu aucun résultat. Elle inscrit sur trois panneaux publicitaires menant à sa ville : « RAPED WHILE DYING »« AND STILL NO ARRESTS? » et « HOW COME, CHIEF WILLOUGHBY? »). Il s’agit pour elle de provoquer le chef de la police locale, le respecté William Willoughby (Woody Harrelson). Lorsque Dixon (Sam Rockwell), l’officier en chef — au fort penchant pour la violence — s’implique dans la dispute, la lutte entre Mildred et les forces de l’ordre de la petite ville d’Ebbing dans le Missouri prend un virage dangereux. Dans toute la ville, on ne parle plus que de ça.

 

Ce que j’en ai pensé

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, voilà un titre de film pour le moins intriguant. En français c’est devenu, Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance. Sérieusement? On dirait le titre d’un slasher des années 80…

Three Billboards est le 3ème long-métrage de Martin McDonagh, surtout connu pour le génial In Bruges qui à l’époque avait ressuscité la carrière moribonde de Colin Farrell et avait donné un beau coup de projecteur sur la magnifique ville de Bruges. Cette fois-ci McDonagh nous emmène à Ebbing au Missouri, un bled dans l’Amérique Profonde. Cette même Amérique qui a voté en masse pour Donald Trump.

Dans Three Billboards il n’est pas question de vengeance comme le suggère le titre français, mais de culpabilité et de responsabilité. Quelques mois après le meurtre immonde de sa fille, Mildred Hayes, magnifiquement interprétée par Frances McDormand, va tenter de relancer l’enquête en interpellant le chef de la police, via de grands panneaux publicitaires en dehors de la ville. Son action va provoquer l’émoi dans la région et mettre chacun face à ses responsabilités, que ce soit les policiers ou les proches de la jeune fille assassinée.

Malgré les sujets difficiles qu’abordent Three Billboards, McDonagh a eu la bonne idée d’injecter une dose d’humour noir que n’aurait pas renié les frères Coen. Et si la performance de Frances McDormand restera assurément dans toutes les mémoires, il ne faut pas minimiser les prestations de Woody Harrelson et surtout Sam Rockwell. Eternel second rôle du cinéma US, Rockwell risque bien de décrocher un Oscar dans quelques semaines et, je l’espère, enfin changer de dimension.

Ce qui pourrait diviser les spectateurs est la question morale, le film ne prend à aucun moment parti, ni dans les actions des personnages, ni dans les thèmes qu’il aborde. Three Billboards est avant tout une réflexion sur notre manière de réagir face à une situation désespérée. On sort de la salle avec une boule au ventre mais aussi avec la sensation d’avoir vu un grand film.

John

Laisser un commentaire