Train to Busan : Le meilleur film de zombies des dernières années

Train to Busan

Film d’horreur sud-coréen écrit et réalisé par Yeon Sang-ho, sorti le 17 août 2016.

Avec Gong Yoo , Jeong Yu-mi

 

‘Train to Busan’ (2016)

 

De quoi ça parle ?

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

 

 

Ce que j’en ai pensé 

Souvent ce sont les idées les plus simples qui sont les plus ingénieuses. Regardez celle-ci : des zombies … dans un train bondé. C’est tout, rien de plus! Et le résultat final est génial! Le film sud-coréen Train to Busan exploite quasiment tout ce qui est possible d’un tel scénario et restera clairement dans les annales du film de zombies.

L’histoire commence avec un homme d’affaires (Gong Yoo) trop pris par son travail, qui à contrecœur, décide d’amener sa fille (Kim Su-an) voir sa mère pour son anniversaire. Dans le train vers la ville de Busan, les choses commencent à déraper. Des gens se font attaquer par des zombies et très vite les quelques rescapés, dont  le père et sa fille, vont devoir s’entraider pour espérer s’en sortir vivant… 

Le réalisateur Yeon Sang-ho – un vétéran des films d’animation – tire le meilleur parti de son scénario, en utilisant brillamment toutes les spécificités du train, sa vitesse, ses longs couloirs étroits, et son environnement, pour un résultat extrêmement divertissant. Il y a des passages flippants dans l’obscurité, des accidents de trains spectaculaires, des séquences oppressantes mais aussi des moments de pure émotion. A des années lumières d’un World War Z (dont le budget est 10 fois supérieur), par exemple.

Certes, Train to Busan emprunte des tonnes à d’autres films, notamment à Snowpiercer, réalisé par un autre réalisateur sud-coréen, et à d’autres classiques comme Night of The Living Dead,  mais il possède tellement de qualités qui lui sont propres qu’il s’impose sans difficultés comme un incontournable du genre. 

‘Train to Busan’ (2016)

John

Laisser un commentaire