Wonderstruck : La nouvelle merveille de Todd Haynes

Wonderstruck

Film dramatique américain réalisé par Todd Haynes, sortie prévue le 15 novembre 2017. J’ai pu voir le film lors du Festival de Cannes 2017.

Avec Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Julianne Moore, Michelle Williams

 

De quoi ça parle ?

Il s’agit d’une adaptation cinématographique du roman Wonderstruck de Brian Selznick, sorti en 2011.

Deux enfants sourds vivent à différentes époques. En 1927, une petite fille, Rose, fuit de chez elle pour rencontrer une actrice qui la fascine. 50 ans plus tard, en 1977, Ben quitte New York après la mort de sa mère pour trouver son père qu’il n’a jamais connu.

 

Ce que j’en ai pensé

Deux ans après le succès de Carol, Todd Haynes est de retour avec son 8ème long métrage, Wonderstruck. Le film adapte le roman du même nom de Brian Selznick et est en compétition officielle au Festival de Cannes 2017. C’est à cette occasion que j’ai pu le voir.

Réalisateur de talent, Todd Haynes a su s’imposer en seulement 8 films comme l’un des plus grands cinéastes américains des 20 dernières années. Deux grands thèmes parcourent sa filmographie, la différence (l’homosexualité entre autres, dans les films Carol et Far From Heaven) et la musique. Ce sont d’ailleurs ses 2 films les plus musicaux que je préfère, Velvet Goldmine et I’m Not There. – Petite parenthèse mais je vous recommande vivement I’m Not There si vous ne l’avez pas encore vu, c’est un faux biopic sur la vie de Bob Dylan (interprété par 6 acteurs différents!), une petite pépite ! – Todd Haynes est un perfectionniste de l’image, visuellement ses films sont très travaillés et sa patte visuelle est reconnaissable à travers toute sa filmographie. Wonderstruck est, à ce niveau là, son film le plus abouti.

Pour en revenir plus concrètement à Wonderstruck, c’est l’histoire de deux enfants sourds, en 1927 et 1977, qui fuient leur milieu pour rejoindre New-York, dans l’espoir de retrouver des parents perdus de vue depuis longtemps. Construits en parallèle, ces deux récits s’entrecroisent peu à peu. Ben (Oakes Fegley) et Rose (Millicent Simmonds) vivent des expériences similaires, chacun à leur période, pour finalement se mélanger dans un twist final prévisible mais tellement bien amené.

Wonderstruck est un beau film. On s’attache à ces deux gamins qui vont, malgré leur handicap, tenter de réaliser leurs rêves. Les deux jeunes acteurs sont époustouflants! Tenir un film sur leurs épaules à cet âge-là est assez épatant. Deux futures stars, je vous le dis! Naviguant entre conte et drame, Wonderstruck est un film plein d’espoir et de vie, ces deux enfants vont devoir surmonter bien des épreuves pour au final trouver l’amitié et l’amour. Cette fable est magnifiée par la réalisation de Todd Haynes, grâce une reconstitution parfaite du New York de 1927 dans un noir et blanc sublime, tout comme le New-York de 1977, qui fait un peu penser à la série The Get Down pour le côté très coloré. La musique a, évidemment, une place de choix, réussissant à faire passer l’action d’une époque à une autre grâce à des choix musicaux pertinents.

Il faudra attendre le 15 novembre 2017 pour voir Wonderstruck en salles. Et je ne serais pas étonné que le film soit un des succès surprises de cette fin d’année, le film de Todd Haynes est beau, touchant mais aussi très divertissant. En attendant, Wonderstruck devrait être un sérieux prétendant pour certains prix au Festival de Cannes.

 

John

 

 

 

Laisser un commentaire